Qui est cette mod ?

Marion Gallagher, 25 ans, musicos passionnée format poche aux gambettes colorées et lunettes de mouche !

La mod et la vie

4-eyes_2Je suis une récente diplômée de l’Université d’Orléans pour laquelle j’ai quitté ma contrée natale. Là-bas, j’ai étudié cultures et littératures des pays anglophones avec une spécialisation en master en recherche et contre-cultures/sous-cultures britanniques des années 1960 aux années 1990. Je suis passionnée par tout ce qui touche aux mods et aux skinheads (les originaux), en passant par les punks, bien sûr, et la Britpop. Je suis également fascinée par la Northern Soul qu’il m’arrive de danser.

En pleine rédaction de mon mémoire, j’ai fait le choix de prendre une année sabbatique et monte actuellement un projet de thèse sur la Britpop, toujours à l’Université d’Orléans.

En effet, contrairement au Royaume-Uni où étudier la musique pop’ est monnaie courante mais où la concurrence est rude, la recherche en France dans ce domaine n’en est qu’à ses prémices et n’est pas toujours prise au sérieux.  Mais l’intérêt pour la pop’ culture en général est grandissant, j’espère donc contribuer à l’expansion de ce domaine d’étude au sein des universités françaises.

La mod et la musique

C’est vers l’âge de 15 ans que je gratte mes premières notes sur une basse noire laquée gauchère Ibanez de piètre qualité. Très vite, je développe une relation d’amour/haine avec ce gros bout de bois. J’ai en effet du mal à l’époque à trouver les ressources (tablatures, etc.) qui me permettent d’apprendre ces lignes de basse à la hauteur du niveau que je rêve d’atteindre et qui me font tant vibrer. Et puis soyons honnête, la basse n’intéresse pas des masses le grand public.

Mais dix ans plus tard, tu le croiras ou pas, cette satanée basse est toujours à mes côtés. Et en dépit des doutes, des crises de nerfs, de la frustration, je continue semaine après semaine à perfectionner mon jeu. Certain.e.s diront que c’est du masochisme ; je dirai que c’est bah du masochisme de la passion.

A 23 ans, j’ai la chance d’avoir à ma disposition une batterie. Je découvre donc les joies des percussions et c’est le coup de foudre.

Cette même année, j’ai enfin ma propre guitare (une semi-acoustique gauchère Ibanez), mais attends d’achever mon mémoire pour approfondir mes maigres connaissances. Depuis septembre 2016, donc, mes voisins vivent au son de la “Steve Marriott wannabe” que je suis.

Ce n’est que le juste retour des choses, je le jure.

En parlant de Steve Marriott, voici une liste non exhaustive de groupes qui illuminent ma vie : Oasis, les Small Faces, les Kinks, les Beatles (évidemment !), les Clash, The Creation, les Sex Pistols, Blur, Suede, Iron Maiden, The Who, The Jam, The Animals, Black Sabbath, The Action, The Specials, The Verve, Elastica… pour ne citer que certains des plus connus. Récemment, j’ai fait la découverte des Australiens de Ne Obliviscaris et suis bluffée par Dan Presland, leur batteur.

La mod et ses vernis

Mon attirance pour les couleurs et les textures m’ont naturellement amenée à m’intéresser aux vernis à ongles et au nail art. Je collectionne depuis de nombreuses années ces précieux et fascinants liquides multicolores et estime ainsi ma collection à plus d’un millier de flacons.

Les vernis que j’achète proviennent généralement de marques dites “indies”. Il s’agit essentiellement de personnes comme toi et moi qui fabriquent à la main leurs produits.

Mes marques favorites incluent A England, Colors By Llarowe, Il Etait Un Vernis, ILNP, Picture Polish et Colour Alike.

Une mod engagée

Je suis féministe – égalitariste serait certainement un terme plus juste puisque mon combat ne se limite évidemment pas aux inégalités dont sont victimes les femmes à travers le monde – et écologiste.

C’est très tôt que j’ai pris conscience de ces problèmes de société. Vers l’âge de huit ans, je m’inscris au club de football du coin et, alors que l’on ne m’a jamais vue jouer, on me relègue au niveau débutant – composé principalement d’enfants de 6 ans – pour un an “parce que je suis une fille”. Le sexisme fait des dégâts dès l’enfance et il me faudra plusieurs mois pour m’intégrer au groupe malgré la haine persistante d’un camarade.

Aussi, j’ai grandi à proximité des montagnes et outre les raisons scientifiques qui me poussent à traiter la terre avec plus de considération, ces dernières m’apportent tellement de bonheur que je ne peux tolérer qu’on leur fasse du mal.

Ni la terre, ni les fascinantes créatures qui la peuplent – et j’inclus les animaux humains quels qu’ils soient – n’ont à pâtir de mes caprices.

La mod et ses rêves d’avenir

De la simplicité avant tout. La tête d’un groupe indépendant, un poste de maître de conférence à l’université, une maison en pierre et en bois au fin fond de la forêt et Noel Gallagher dans mon lit – nous ne sommes pas parents.

Guitaristiquement,

marion-signature

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Advertisements